Ce qu’en dit Liane la coach de jeu…

en salle d'audition

De très mauvais commentaires de la part de la directrice de casting..

« L’audition s’est très mal passée. J’ai reçu des critiques très négatives de la part de la directrice de casting. On m’a dit que ma fille était une enfant qui faisait de l’attitude, qui était éteinte. Elle a dit qu’elle préférait ne jamais revoir cette enfant. Son agente va vous téléphoner demain pour avoir un feed-back de votre rencontre. »

Lire la suite...

Est-ce qu’on peut empêcher un enfant d’être comédien ?

La même question se pose sans doute pour un sportif. Pourquoi une personne, plus qu’une autre, ressent-elle ce besoin viscéral de courir, de bouger, de se dépasser physiquement ? On ne le sait pas. Elle a peut-être beaucoup d’énergie à dépenser. Un comédien, selon moi, c’est un sportif des émotions. Il a en lui toutes ces émotions qui doivent sortir. Et l’empêcher de s’exprimer peut, à la limite, faire en sorte qu’elles implosent en lui.

Lire la suite...

Pour un comédien adulte, est-il possible de faire carrière sans agent?

Souvent, les adultes comédiens que je reçois dans mes cours de jeu devant la caméra me disent que ce n’est pas toujours facile de trouver un agent. Plusieurs ont tendance à penser qu’il n’est pas possible d’avoir des contrats sans agent. Il va sans dire qu’avoir un agent, c’est précieux, mais il y a quand même des façons de faire carrière sans en avoir un.

Lire la suite...

Les premiers tournages se sont très mal passés…

Le réalisateur et le producteur sont catastrophés de constater qu’ils ont investi tant de temps et d’argent dans ce film et que le résultat escompté n’est pas au rendez-vous. Et, de l’autre côté, en regardant les rushs, je peux facilement constater que le petit garçon est tout autant malheureux. Il est évident qu’il se sent pris au piège dans cette situation et qu’il ne sait pas comment s’en sortir.

Lire la suite...
nerveuse avant le première

J’ai des papillons dans le ventre et ma robe me pique…

J’avais 7 ans et j’étais la bouquetière du carnaval de mon petit village : St-Honoré, au Saguenay. Dans ma belle petite robe à brillants, qui me piquait quand même un peu, je devais m’avancer devant tout le monde pour aller porter le bouquet à la reine du carnaval. Mon cœur battait la chamade. C’était enfin le grand jour mais, en même temps, j’avais envie de pleurer tellement j’étais stressée et trop contente à la fois.

Lire la suite...